LE CPA DEMANDE À L'UCI DE FAIRE PLUS POUR LA SÉCURITÉ DES COUREURS

de 08/08/20

0

Après la chute qui a caractérisé l’arrivée de la première étape du Tour de Pologne, l'Association mondiale des coureurs a demandé à l'Union Cycliste Internationale d'ouvrir une enquête pour déterminer les responsabilités de ceux qui n’ont pas garanti la sécurité des athlètes en course. Dans l'attente d'une réponse, non encore reçue, le syndicat dirigé par Gianni Bugno tient à rappeler que le délégué du CPA présent aux courses n'a pas le pouvoir de modifier une arrivée déjà approuvée par la Commission technique et l'UCI. Par ailleurs, les contrôles de la conformité des arrivées aux dispositions du règlement et du cahier des charges des organisateurs sont à la charge de l'organisation et de l'UCI.

«Notre délégué course représente le point de rencontre entre les coureurs et l'organisation, il est remis en cause pour le protocole conditions météorologiques extrêmes et peut agir en tant que porte-parole des participants à la course mais n'est pas le responsable des contrôles de sécurité. Ce n’est pas une justification, mais une clarification nécessaire étant donné les nombreuses critiques que nous avons reçues et les nombreux mensonges qui ont été prononcés ces derniers jours. Le CPA et nos délégués sont toujours en première ligne dans la défense des coureurs et dans la recherche d'une plus grande sécurité mais ils sont le dernier maillon de la chaîne pour prévenir les problèmes qui peuvent survenir en course, pas le premier. Par exemple, je me demande: pourquoi les équipes n'interviennent-elles pas pour éviter les situations à risque puisqu'elles voient les parcours à l'avance et peuvent éviter de laisser partir leurs "salariés" s'ils estiment que les conditions de sécurité ne sont pas suffisantes? De plus, l'Association des Groupes Sportifs, contrairement à nous, a des membres au sein de la Commission Route et peut voter pour changer les règles de sécurité. Et où est l'UCI? On ne peut plus confier la sécurité des athlètes à la bonne chance ou à l'espoir que l'organisateur agira correctement. Des règles strictes et des contrôles encore plus stricts sont nécessaires. Nous sommes heureux que Fabio Jakobsen se soit réveillé, mais il reste inacceptable que dans une course World Tour, il y ait encore des accidents comme celui dans lequel il était impliqué et dans lequel il a risqué sa vie. Nous avons tous perdu le 5 août et chacun porte une part de responsabilité dans cet accident. Soit nous travaillons enfin tous ensemble, avec une même vision, soit rien ne changera jamais» explique le président du CPA, Gianni Bugno. «Ce qui s'est passé à Katowice doit être utilisé pour trouver un accord entre l'UCI, l'AIGCP, le CPA, l'AIOCC pour faire quelque chose de plus. Rebondir les accusations les unes contre les autres ne change rien à ce qui s'est passé et n'empêchera pas que cela se reproduise à l'avenir».

Le responsable de l'équipe Deceuninck Quick Step a déclaré que le CPA ne fait rien pour la sécurité de ses associés. «J'ai parlé à Patrick Lefevere au téléphone et lui ai rappelé que les coureurs ne peuvent pas bouleverser les règlements seuls, que les équipes ont un pouvoir considérable et devraient l'utiliser, contrairement à ce qu'elles ont fait jusqu'à présent, pour défendre leurs employées. En parlant des barrières, en tant que CPA, nous demandons depuis des années qu’elles soient omologuées et sûres, nous l'avons également réitéré lors de la dernière réunion du groupe de travail Technique et Règlementaire de l'UCI, mais jusqu'à présent, nos appels sont restés sans réponse. A ceux qui nous disent que changer les règles impose des coûts plus élevés aux organisateurs, nous avons toujours répondu que la vie des athlètes vaut beaucoup plus et que si une course ne peut être organisée en toute sécurité, alors elle ne doit pas avoir lieu. Il y a des responsables désignés par règlement pour évaluer la sécurité des parcours ou les arrivées, si ces personnes ne sont pas suffisants ou capables de faire leur travail efficacement, il faut les changer» poursuit Bugno.

Mieux vaut prévenir que guérir, c'est pourquoi l'Association mondiale des coureurs dans la lettre adressée à la Commission Route de l'UCI le 6 août a demandé, en plus des règlements spécifiques et mis à jour sur les mesures de sécurité pour les courses, d'interdire les arrivées en descente avec sprint de groupe et des sanctions plus sévères pour ceux qui causent des accidents graves, même en sachant que les coureurs sont déjà systématiquement sanctionnés lorsqu'ils font des erreurs.

«Se tromper est humain, mais parfois cela peut avoir de graves conséquences. Les coureurs doivent être éduqués et nous sommes les premiers à demander des punitions exemplaires pour ceux qui font des erreurs, mais nous attendons le même professionnalisme de ceux qui organisent un événement et de ceux qui guident notre mouvement. Pour cette raison, j'attends une réponse et un engagement concret de l'UCI pour assurer un maximum de sécurité aux coureurs lors des compétitions».



Images

Voir tous
EWP Délégué

Tour de FrancePascal Chanteur est le représentant des coureurs CPA EWP pour Tour de France 2020.  


Accord paritaire

Tous les deux ans, le CPA et l’AIGCP signent un nouvel accord paritaire qui établit les normes minimales pour les conditions de travail telles que les salaires et les assurances.

Les projets

L’association « Cyclistes Professionnels Associés » représente les intérêts des cyclistes professionnels et leur sécurité pendant les courses passe toujours en premier.

CPA Femmes

Le CPA Femmes fait partie du CPA et est la seule association internationale de cyclistes professionnelles, donnant une voix aux athlètes féminines.